Les espèces cibles de "1, 2, 3... Nature!"

Les espèces recherchées par le projet 1, 2, 3... Nature! répondent à 3 critères. Ce sont des espèces :

  • liées à des milieux présents dans l'agglomération lausannoise: milieu boisé, bois mort, prairies, plans d’eau, murets, caches, etc.
  • bio-indicatrices, c’est-à-dire qui répondent rapidement à des changements de qualité du milieu. Elles disparaissent ou s’installent facilement.
  • facilement reconnaissables par des non-spécialistes afin que toute personne puisse contribuer au recensement.

Merci d'annoncer vos observations des espèces présentées sur cette page via notre plateforme. Veuillez si possible télécharger une photographie pour la validation de l’observation.

Téléchargez notre guide des espèces pour partir à la découverte des espèces cibles de 1, 2, 3... Nature!

Massifs boisés

Les massifs boisés de Sauvabelin, du Désert, du Bois-Mermet, de la Vallée de la Jeunesse, de la Vuachère et du parc Bourget, les cordons boisés de la Sorge et de la Mèbre, le Laviau, le Bois du Caudrey, le Bois Cola et le Bois Creux forment le squelette du réseau écologique lausannois et ouest-lausannois. Les forêts sont principalement composées de hêtraies et de chênaies. Les autres cordons boisés, notamment le long des cours d’eau, et bosquets d’arbres de toutes tailles sont des relais importants pour la faune et la flore des milieux boisés. La quantité de bois mort sur pied et au sol tout comme la diversité floristique du sous-bois détermine la richesse en espèces du milieu forestier.

Talus herbeux

Les nombreux talus herbeux bien ensoleillé présents à Lausanne et dans l’Ouest lausannois abritent une riche diversité floristique. Certains parcs possèdent de belles prairies tels que l’Hermitage, Denantou, Mon Repos, Montriond, Castolin, Bochet, le Cimetière de St-Sulpice et de Renens, le Collège des Pâquis, le Parc du Russel, le Collège du Léman, le Parc Paudex. On trouve également des prairies fleuries les talus de voie de chemin de fer ou des bermes des routes. Dans l’absolu toute zone herbacée dans les jardins, sur les lieux bien exposés au soleil, peuvent accueillir flore et faune pour autant que l’herbe ne soit fauchée qu’une à deux fois par année.

Même si on ne connaît pas l'espèce, l'indication de la couleur des ailes d'un papillon donne déjà une idée sur sa famille. Signalez-nous vos papillons selon la couleur dominante du dessus de leurs ailes!

Format
Bild ein Drittel, Text zwei Drittel
Plans d’eau

Des plans d’eau de taille variée, dépressions humides se trouvent dans les vallons à proximité des ruisseaux lausannois et dans des pentes boisées, telles que le Désert, Sauvabelin, le long du Petit –Flon, du Flon, de la Vuachère et du Riolet. D’autres lieux abritent des étangs, comme les parcs Bourget, Paudex, de Broye, et de la Mèbre.  

Jardins

Des jardins se retrouvent dans pratiquement tous les quartiers de l’agglomération lausannoise, que ce soit des jardins privés, familiaux ou communautaires. Ceux qui sont riches en structures en tout genre (arbustes, tas de branches ou feuilles, prairies), offrent cachette et lieux de chasse à la petite faune. En raison de la topographie de la région lausannoise, de nombreux murs et murets sont disponibles pour les lézards. 

Un recensement participatif à Lausanne, Chavannes, Renens et St-Suplice

La politique en faveur de la nature a pour but de renforcer la qualité des espaces verts urbains afin qu’ils accueillent une grande diversité de vivant, et ce malgré des surfaces vertes en diminution du fait de la densification urbaine. Afin de mieux connaître la répartition des espèces dans l'agglomération lausannoise, ce recensement citoyen cherche à répertorier la présence de plantes et d’animaux dont la présence reflète la qualité des espaces verts et des jardins de Lausanne, Chavannes, Renens et St-Sulpice.

Les résultats récoltés serviront à dresser l’état des lieux de la biodiversité  sur une période de trois ans et à identifier les efforts restant à fournir pour renforcer la biodiversité dans ces communes